Actualités

Commémoration du Centenaire de l'Armistice du 11 novembre 1918

 
 
Commémoration du Centenaire de l'Armistice du 11 novembre 1918

2018 : Centenaire de la Première Guerre mondiale

RETROUVEZ LES IMAGES DE LA CEREMONIE SUR NOTRE PAGE FACEBOOK

Depuis 2013, le cycle commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale a révélé à quel point les Français attendaient de commémorer le souvenir de ce conflit si présent dans les mémoires. La Mission du Centenaire a ainsi accompagné plus de 6 000 projets labellisés sur l’ensemble du territoire ainsi qu’à l’étranger.
Pour cette année 2018, le dernier acte du Centenaire prend une nouvelle dimension, avec plus de 2000 projets labellisés, une année consacrée à Clemenceau, de nombreuses cérémonies internationales sur le champ de bataille, et une séquence commémorative inédite durant les quinze premiers jours de novembre : cette mobilisation constante depuis 2014 culminera à son paroxysme le 11 novembre 2018, partout en France et notamment à Paris, où le monde entier s’est donné rendez-vous pour penser le monde d’aujourd’hui à l’aune des douloureux enseignements de 1918.

Le Centenaire de tous les Français

223013118_1

Depuis 2013, le conseil scientifique de la Mission du Centenaire accompagne les porteurs de projets sur l’ensemble du territoire, à travers l’action des comités départementaux et académiques du Centenaire, ainsi qu’à l’étranger, grâce au travail des postes diplomatiques, des Instituts français et des Alliances françaises dans le monde entier. Collectivités territoriales, associations, musées, services d’archives, écoles, universités… ils sont nombreux à organiser des événements pour commémorer le centenaire de la Grande Guerre, au plus près des Français.

Avec plus de 2 000 projets labellisés, l’année 2018 est l’une des années où les porteurs de projets se sont le plus mobilisés depuis le lancement du centenaire de la Grande Guerre. 1 237 projets labellisés sont issus des comités départementaux du Centenaire, 286 projets pédagogiques des comités académiques du Centenaire pour l’année scolaire 2017-2018 et 382 pour l’année scolaire 2018-2019. 190 projets nationaux ont été labellisés, ainsi que 44 projets internationaux.

L'année Clemenceau

Clémenceau

Surnommé « Père la Victoire » par les Français, Georges Clemenceau fut président du Conseil et ministre de la Guerre à partir de novembre 1917. Sa volonté et son autorité ont marqué l’année 1918, qu’il passa en grande partie à sillonner les tranchées. Le président de la République a souhaité que l’année 2018 soit l’année Clemenceau, en hommage à celui qui guida la France pendant la dernière année de la guerre.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site  www.clemenceau2018.fr , mis en place par la Mission du Centenaire en janvier 2018. Régulièrement mis à jour, il permet de suivre l’actualité de l’année Clemenceau ainsi que d’accéder à des ressources scientifiques et iconographique inédites autour de la figure du « Père la Victoire ». La Mission du Centenaire a également réalisé une brochure consacrée à l’année Clemenceau, disponible en ligne sur  www.clemenceau2018.fr ainsi que dans tous les lieux « clemencistes » qui participent à l’année Clemenceau.

L’œuvre du Bleuet de France

logo-bleuet

Les attaques terroristes ont frappé de stupeur la France entière. La guerre, si éloignée de notre territoire depuis des décennies, a surgi au cœur de la vie ordinaire. Des millions de personnes se sont rassemblées dans les rues pour faire front contre la peur et le fondamentalisme liberticide, unies pour rendre hommage aux victimes disparues, unies pour témoigner leur solidarité envers celles qui, désormais, devaient survivre au traumatisme. Pour beaucoup, l’engagement des armées sur les théâtres d’opérations extérieures prenait un sens nouveau.    

Cet élan humaniste n’était pas sans rappeler celui qui avait resserré la nation, au lendemain de la Grande Guerre, autour des centaines de milliers de jeunes hommes blessés et mutilés, lesquels devaient se reconstruire et s’insérer dans la société. Il fallut trouver des fonds, parallèlement aux aides de l’Etat, dans cette entreprise sociale sans précédent. Une idée de génie germa alors dans l’esprit de deux infirmières de l’hôpital des Invalides: créer un atelier où des soldats en convalescence confectionneraient de petits bleuets en tissu, et dont la vente alimenterait une cagnotte solidaire. Un symbole national était né !

Car le bleuet était porteur de références. Pendant la guerre, les jeunes recrues, vêtues du nouvel uniforme « bleu horizon », étaient appelées affectueusement des « Bleuets » par leurs anciens. Bleuets et coquelicots étaient par ailleurs les seules fleurs à pousser sur les sols dévastés par les combats, évoquant la force de la vie. Le coquelicot (ou poppy) incarna quant à lui le souvenir en Grande Bretagne et dans les pays du Commonwealth.

A partir de 1935, l’Etat officialisa la vente du bleuet chaque 11 novembre, alors que des ateliers de confection se multipliaient partout en France. En 1957, une nouvelle collecte fut autorisée, le 8 mai, au profit des combattants de la Seconde Guerre mondiale.

Qu’en est-il aujourd’hui du Bleuet de France ? Menacée de disparition, l’œuvre fut confiée en 1991 à l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (Onacvg), établissement public sous tutelle du ministère des armées. Les campagnes de collecte, menées avec l’appui d’associations d’anciens combattants, de collectivités locales et de bénévoles de tous horizons, rassemblent chaque année un peu plus d’un million d’euros (en comparaison, le poppy rapporte 50 millions en Grande Bretagne). 

Depuis 2012, le sport professionnel français soutient cette action caritative: le Stade Rennais FC fut le premier à arborer le bleuet en match officiel. A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, les équipes de France de rugby et de football, ainsi que des clubs de Ligue 1 et de Ligue 2, en deviennent les ambassadeurs. A l’exemple du président de la République, nombres d’élus et d’autorités militaires le portent lors de cérémonies mémorielles. Des initiatives plus que louables, relayées par les médias. Mais le chemin reste encore long avant d’égaler l’engouement populaire que suscite le poppy dans les pays anglo-saxons.

Fabriqués par des travailleurs handicapés (tout un symbole), les bleuets sont vendus pour « aider ceux qui restent », combattants d’hier et d’aujourd’hui, soldats blessés, veuves, enfants pupilles de la Nation, victimes de guerre et d’attentat. Une partie des fonds finance également des actions de mémoire, notamment à destination des scolaires.

En cette année qui commémore la fin de la Grande Guerre, en mémoire de nos Poilus, par solidarité envers ceux qui ont servi et qui servent la France au péril de leur vie, en signe de fraternité pour ceux que la guerre ou le terrorisme ont meurtri à jamais, le port du bleuet est un acte citoyen fort, universel et intergénérationnel.

"1918 jeunes pour le Bleuet au Stade Rennais" LE FILM

(haut de page)

Les grandes cérémonies internationales

Pendant la Première Guerre mondiale, des hommes venus du monde entier trouvèrent la mort sur les champs de bataille du nord et de l’est de la France. Comme les années précédentes, les pays qui ont participé à la Grande Guerre viennent commémorer en 2018 la mémoire de leurs soldats tombés en France : tout au long de l’année, les autorités portugaises, australiennes, américaines, tchèques, slovaques, britanniques, canadiennes, néo-zélandaises et allemandes ont organisé, ou ont participé à l’organisation, de cérémonies rendant hommage à leurs soldats.

Novembre : une séquence inédite pour commémorer le centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918

PROGRAMME :

-> En Ille-et-Vilaine
  • Les 10 & 11 novembre 2018

Samedi 10 novembre

12h00 : Survol de Rennes par deux Rafales Marines

12h-18h00 : Projections en boucle sur écran géant - Place de la Mairie à RENNES
- Film "1918 jeunes pour le Bleuet au Stade Rennais"
- Rétrospectives en images du Centenaire rennais 2014-2018
- Figues de Poilus (photographies des soldats Rennais de 14-18)

18h00 : Une cérémonie avec les autorités civiles et militaires - Place de la Mairie à RENNES
- Présentation des troupes à l’officier général de zone de défense et de sécurité Ouest (OGZDSO) par le commandant
- Salut au drapeau – Marseillaise
- Revue des troupes par l’OGZDSO
- Lecture du message de Monsieur le Président de la République
- Lecture d’une évocation historique
- Appel des « Morts pour la France », après chaque nom, un élève dépose un bouquet au pied de la vasque et un flambeau est éteint
- Dépôt de la gerbe commune
- La flamme est apportée du Panthéon dans une lanterne par un ancien combattant, un blessé et des pupilles
- Ravivage de la flamme par Monsieur le Préfet, accompagné de deux élèves
- Hommage aux morts, sonnerie aux morts, minute de silence puis Marseillaise (couplet et refrain)
- Remise des décorations
- Présentation des troupes à l’OGZDSO
- Défilé des troupes en musique    

Dimanche 11 novembre

17h00 : Match Rennes-Nantes
- Temps de communication sur le Bleuet

-> En France
  • Du 4 au 9 novembre 2018 : l’itinérance du Président de la République sur le champ de bataille

Le Président de la République se rendra « dans les territoires qui furent meurtris par la guerre et qui aujourd’hui sont meurtris par la crise » (discours du Président de la République le 10 novembre 2017, pour l'inauguration de l'historial franco-allemand de la Grande Guerre au Hartmannswillerkopf). Cette itinérance dans le Grand-Est et les Hauts-de-France se déroulera pendant un peu plus de cinq jours dans onze départements : Bas-Rhin, Moselle, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Ardennes, Marne, Aisne, Nord, Pas-de-Calais, Somme et Oise.

Pour faire écho à cette double préoccupation liée au souvenir de la Grande Guerre et aux problèmes actuels de ces territoires, l’itinérance comportera chaque jour des événements mémoriels et des activités en lien avec les dossiers économiques et sociaux pertinents pour les départements visités. Le programme comprendra des lieux de mémoire incontournables (champ de bataille de Verdun, nécropole de Notre-Dame-de-Lorette) et des lieux qui n’ont jamais accueilli le Président de la République.

  • Les 10 & 11 novembre 2018

Samedi 10 novembre

15 h 30 : Cérémonie franco-allemande à la clairière de l’Armistice de Compiègne
L’après-midi du 10 novembre 2018, le Président de la République française, accompagné de la Chancelière allemande, présidera une cérémonie à la clairière de l’Armistice, dans la commune de Compiègne. Cette cérémonie sera marquée par la simplicité d’un moment de recueillement et d’hommage.

20 h : Spectacle Shell Shock à la Philharmonie de Paris
Shell Shock - A Requiem of War est un spectacle du chorégraphe belge Sidi Larbi Cherkaoui, consacré au choc traumatique des soldats de la Grande Guerre (musique de Nicholas Lens, texte de Nick Cave). Il se tiendra à la Philharmonie de Paris en présence du Président de la République.

Dimanche 11 novembre

11 h : Cérémonie internationale à l’Arc de triomphe
Plus de 120 dignitaires étrangers représentant les pays belligérants de la Grande Guerre, les institutions européennes, les Nations Unies et plusieurs autres organisations internationales sont conviés à cette cérémonie. Celle-ci comportera comme chaque année les honneurs militaires, l’hommage aux morts pour la France, tel qu’il est rendu annuellement depuis 2012, un dépôt de gerbe et le ravivage de la flamme sur la tombe du soldat inconnu. Ce cérémonial sera complété, en cette année du centenaire de l’armistice, par des éléments mémoriels et artistiques, notamment musicaux.

15 h : Ouverture du Forum de Paris sur la Paix
Les dignitaires étrangers conviés à la cérémonie du 11 novembre, rejoints par certains de leurs homologues qui n’y auront pas participé, seront invités à se rendre l’après-midi à la cérémonie d’ouverture du premier Forum de Paris sur la Paix. Le Forum aura vocation à faire des propositions concrètes sur la paix et la gouvernance mondiales sous tous leurs aspects.

  • Du dimanche 11 au mardi 13 novembre 2018

Grande Halle de la Villette, Paris

parispeaceforum.org

Retrouvez toutes les informations sur le programme commémoratif 2018 sur centenaire.org

http://centenaire.org/fr/agenda

(haut de page)