#PlanEtudiants en clair !

 
 
#PlanEtudiants en clair !

Après 3 mois de concertation, 11 groupes de travail et 55 réunions mobilisant 250 participants et 29 organisations, le Premier ministre, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et le ministre de l’Éducation nationale ont présenté, le 30 octobre, les mesures du Gouvernement en faveur de l’accueil et la réussite des étudiants. Zoom sur les principales mesures du Gouvernement pour donner à tous les moyens de réussir.

HAUSSE DU BUDGET DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Le Gouvernement fait confiance à la jeunesse et fait le choix d’investir dans l’avenir. Le budget de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation est en 2018 de 13,4 milliards d’euros, soit une augmentation de 194 millions d’euros par rapport au budget initial de 2017. A cela s’ajoutent 7,6 milliards d’euros du Grand Plan d’investissement sur la durée du quinquennat (avec 4 milliards d’euros pour l’enseignement supérieur et la recherche et 3,6 milliards d’euros pour l’innovation). 

FIN DU TIRAGE AU SORT

L’accès aux études supérieures est un droit pour tous les bacheliers. Suite aux difficultés rencontrées avec la procédure d'affectation post-bac,  le Gouvernement met fin au tirage au sort.  Le nouveau système d’accès à l’enseignement supérieur a pour objectif de mieux orienter, mieux informer et mieux accompagner les futurs étudiants. Au 15 janvier 2018, une nouvelle plateforme plus simple et plus transparente sera ouverte. Elle rassemblera toutes les informations dont les bacheliers ont besoin : la composition de la formation, son taux d’insertion professionnelle, les taux de réussite des anciens étudiants.
 

MISE EN PLACE D’UN PARCOURS DE RÉUSSITE PÉDAGOGIQUE

Parce qu’il est inadmissible qu’en moyenne 40% d’élèves échouent après 4 ans d’études, le Gouvernement a décidé de  construire un parcours de réussite pour chaque étudiant afin qu'il  puisse choisir, en toute connaissance de cause,  son chemin pédagogique. Les projets d'études dans le supérieur doivent être appréciés en fonction du profil des bacheliers (constitué de leurs acquis au cours du secondaire) et non pas seulement des résultats au baccalauréat.  Les établissements ont l’obligation d’accepter tous les candidats. Pour les lycéens qui n’auraient pas les attendus qui correspondent à la formation qu’il a choisie, l’établissement a la possibilité de lui imposer un parcours personnalisé.
 

POUVOIR D’ACHAT DES ÉTUDIANTS

100 millions d’euros de pouvoir d’achat seront rendus aux étudiants dès 2018. La cotisation de sécurité sociale étudiante de 217 euros sera supprimée, et un investissement massif sera fait pour l’offre de soins sur les campus. Les bourses seront distribuées à date fixe chaque mois. 60 000 logements étudiants construits d’ici 5 ans.
 

LE LOGEMENT ÉTUDIANT

A hauteur de 430 euros/mois en moyenne, le logement est le premier poste de dépense des étudiants. Pour faciliter l’accès au logement, le Gouvernement lance le « Plan 80 000 » qui prévoit, sur la durée du quinquennat, la construction de 60 000 logements à destination des étudiants et de 20 000 logements pour les jeunes actifs. Une aide financière sera apportée aux étudiants issus de la classe moyenne qui n’ont pas les moyens de se loger. Par ailleurs, l’Etat se porte garant pour des étudiants ne pouvant fournir de caution locative aux propriétaires (en raison de leur situation familiale ou personnelle) via une caution locative unique, simple, gratuite et dématérialisée. Un nouveau bail mobilité spécifique de 1 à 10 mois sans dépôt de garantie est créé notamment à destination des personnes en stage.  Il offre un cadre nouveau adapté, sécurisé pour le bailleur comme pour le locataire. Plus d’informations sur www.messervices.etudiant.gouv.fr
 

CRÉATION DE PLACES DANS LES FILIÈRES « EN TENSION » ET DANS LES FILIÈRES COURTES

Le nombre d'étudiants ne cesse d'augmenter chaque année : les inscriptions ont été multipliées par 8 en 50 ans. En 2018, on estime que 28 000 bacheliers supplémentaires par rapport en 2017 poursuivront leurs études.  Passé cette hausse, le nombre annuel de bacheliers entrant dans l’enseignement supérieur devrait se stabiliser à près de 510 000 jusqu’en 2022.
 
Pour accueillir ces nouveaux étudiants, le Gouvernement prévoit d’augmenter les capacités d’accueil des filières les plus demandées (sport, droit, psychologie, PACES…) ainsi que celles des filières courtes (BTS, DUT) qui  permettent d’entrer plus rapidement dans la vie active, mais peuvent aussi permettre de revenir vers les  filières longues.
Consultez le dossier de presse "Plan Etudiants"