Actualités

Journée mondiale des réfugiés : les dispositifs déployés par les services de l’Etat en Ille-et-Vilaine pour une intégration réussie

 
 
Journée mondiale des réfugiés : dispositifs déployés par les services de l’Etat en Ille-et-Vilaine

A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, tour d’horizon des dispositifs mis en place en Ille-et-Vilaine par les services de l’État et les partenaires institutionnels pour favoriser l’accueil et l’intégration en France de ces étrangers en situation régulière.

Chaque année, la France s’honore d’accueillir, en application des conventions internationales qu’elle a signées, des hommes, des femmes et des enfants victimes de persécution ou d’atteinte à leurs droits fondamentaux dans leur pays. Ainsi en 2018, notre pays a accueilli plus de 40 000 personnes réfugiées, à qui il a offert une protection. Actuellement, l’Ille-et-Vilaine compte 4240 réfugiés, avec un rythme de délivrance de titre croissant (812 titres ont été délivrés en 2017 soit une augmentation de 466 % depuis 2013). Les services de l’État et leurs partenaires, en lien avec les collectivités, s’attachent à intégrer dignement ces populations, grâce à différents dispositifs, traduction concrète de la feuille de route nationale.

« La qualité de notre politique d’intégration est au cœur de l’équilibre général de notre politique d’immigration et d’asile. Nos priorités sont connues : nous voulons un système d’asile plus rapide ; une politique d’éloignement plus efficace pour les étrangers en situation irrégulière. » (Edouard Philippe, juin 2018)

Cette politique d’intégration s’articule autour de quatre priorités :

  • la formation civique pour le partage des valeurs de la société françaiseet la participation à la vie de la société
  • la maîtrise de la langue française
  • l’accès à l’emploi
  • la prise en compte de certaines situations particulières, nécessitant un accompagnement social et administratif renforcé.

Le contrat d’intégration républicaine

L’étranger admis pour la 1re fois au séjour en France, ou qui entre régulièrement en France entre l’âge de seize ans et de dix-huit ans révolus, et qui souhaite s’y maintenir durablement, peut s’engager dans un parcours personnalisé d’intégration républicaine, formalisé dans un contrat d’intégration républicaine (CIR). Ce parcours a pour objectifs :

  • la compréhension de l’étranger primo-arrivant des valeurs et principes de la République
  • l’apprentissage de la langue française
  • l’intégration sociale et professionnelle
  • l’accès à l’autonomie

En 2018, 1001 CIR ont été signés en Ille-et-Vilaine (2622 à l’échelle de la Bretagne), pour une large part dans le cadre de l’asile. Ce dispositif est porté par l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration). En Ille-et-Vilaine, l’apprentissage du français est confié au CLPS.

L’accès au logement

Dans le cadre du dispositif national de l’asile (DNA), les personnes en situation régulière sont accompagnées vers et dans le logement. En 2018, 284 bénéficiaires de la protection internationale ont ainsi pu accéder à un logement, majoritairement dans le parc social et sur le territoire de Rennes métropole. Une plus grande équité territoriale dans la répartition des logements mobilisés, en lien avec les collectivités locales et les bailleurs, est actuellement à l’étude.

Destinés aux personnes réfugiées les plus vulnérables ne pouvant pas encore accéder aux demandes de logement autonome, les centres provisoires d’hébergement (CPH) offrent, par ailleurs, 129 places en Ille-et-Vilaine, qui devraient passer à 200 à l’automne prochain.

CPH en llle-et-Vilaine

L’apprentissage linguistique

La maîtrise de la langue française constitue un élément essentiel de l’autonomie et de l’intégration dans la société. Aussi de nombreuses associations sont-elles soutenues par l’État pour assurer, aux bénéficiaires de la protection internationale, des cours de français langue étrangère (FLE), à travers notamment des ateliers sociaux-linguistiques.

Dans le cadre scolaire, les élèves allophones sont pris en charge et affectés dans des dispositifs spécifiques, majoritairement dans une approche inclusive, pour un apprentissage adapté à leur profil. De nouveaux dispositifs seront déployés à la rentrée 2019 dans le 1er et le 2nd degrés.

Par ailleurs, le dispositif OEPRE (Ouvrir l’école aux parents pour la réussite des élèves) est en cours de déploiement dans le département. Au cours de cette année scolaire 2018-2019, 84 personnes en ont bénéficié au sein de 3 établissements (collège Thérèse Pierre à Fougères, école Liberté et collège Rosa Parks à Rennes). A la rentrée 2020, quatre établissements supplémentaires le proposeront.

L’insertion professionnelle

L’accès à l’emploi est un axe fort de la politique d’intégration, avec la volonté de mettre en relation demandeurs d’emploi et besoins des entreprises du territoire.

Deux dispositifs, réservés aux bénéficiaires de la protection internationale, peuvent être ici mentionnés :

  • Le programme HOPE (Hébergement, Orientation, Parcours vers l’Emploi), piloté par le ministère de l’Intérieur et le ministère du Travail, offre aux réfugiés un parcours de 8 mois de formation professionnelle et d’accès à l’emploi sur les métiers en tension avec un hébergement en centre AFPA et un apprentissage intensif de la langue. Construit grâce à un partenariat public/privé, cette formation certifiante en alternance conduit à l’obtention d’un titre professionnel de niveau V. Au cours de l’année 2018-2019, en Ille-et-Vilaine, 19 hommes, de nationalité érythréenne, afghane ou soudanaise, ont bénéficié de ce programme en vue d’obtenir une certification sur les métiers de coffreur bancheur, maçon, maçon VRD, canalisateur.
  • Le CAP+, initiative locale en partenariat avec la FFFB, le CCCA-BTP et le Conseil régional, offre la possibilité de préparer en 3 ans ce diplôme professionnel. Fin 2018, 14 jeunes réfugiés sont ainsi entrés en formation, dans ce cadre, en Ille-et-Vilaine (2 maçons, 3 électriciens, 5 peintres, 2 couvreurs, 1 plombier et 1 carreleur).

Ce 20 juin, la préfecture d'Ille-et-Vilaine et Rennes métropole se sont engagées vers un contrat territorial en faveur de l'accueil et de l'intégration des réfugiés, soutenu par la Délégation interministérielle à l’accueil et à l’intégration des réfugiés (diAir) et qui sera déployé en 2020.