Les pollutions diffuses

Les pollutions diffuses peuvent être de différents types

 
 

Les pollutions diffuses peuvent résulter de teneurs en nitrates trop importantes ou des produits phytosanitaires. 

  • Les nitrates

La qualité de l’eau superficielle en Bretagne est principalement perturbée par des teneurs en nitrates importantes.

Les moyennes régionales des indicateurs statistiques de concentration en nitrates aux stations bilan des bassins versants étudiés restent relativement stables depuis 2001-2002 :

Les valeurs-clé en 2007-2008 sont :

- 36,5 mg/l pour la concentration moyenne ; 
- 45,2 mg/l  pour le percentile 90 des concentrations ;
- 47,8 mg/l  pour la concentration maximale.

En ce qui concerne les concentrations moyennes annuelles en nitrates, indicatrices du niveau moyen de pollution dans les bassins versants sur l’ensemble de l’année, la situation est restée relativement stable au cours des trois dernières années hydrologiques. En 2007-2008, près des trois quarts des stations bilan ont une concentration moyenne annuelle comprise entre 25 et 50 mg/l.

La diminution des écoulements annuels observée en 2007-2008 dans la quasi-totalité des bassins versants bretons a entraîné une baisse généralisée des flux spécifiques annuels d’azote nitrique (plus de 70% des stations étudiées). Les diminutions les plus fortes concernent l’ouest de la région et le bassin de l’Oust ; elles ont pu atteindre plusieurs dizaines de kg/ha/an en certains points du Finistère. Les flux spécifiques annuels d’azote nitrique demeurent malgré tout à des valeurs élevées (supérieures à 25 kg N-NO3/ha/an) à très élevées (supérieures à 40 kg N-NO3/ha/an) pour les deux tiers des stations étudiées, notamment dans le nord Finistère. A l’opposé, les valeurs de flux spécifiques les plus faibles sont très majoritairement localisées dans l’est de la région bretonne.

La directive nitrates n°91/676/CEE du 12 décembre 1991 concernant la protection des eaux contre la pollution par les nitrates d'origine agricole donne un cadre à la lutte contre les nitrates dans les eaux superficielles.

Pour en savoir plus

  • Les produits phytosanitaires 

L’usage des produits phytosanitaires permet de protéger les cultures et d’assurer les récoltes, mais leur utilisation inappropriée peut s’accompagner d’impacts néfastes pour la santé humaine (applicateurs, consommateurs) et pour l’environnement (eau, sol, air, biodiversité).

Dès les années 1980, la Bretagne a été la première région française à s’engager dans la lutte contre les produits phytosanitaires dans les eaux , en associant tous les acteurs (administrations, collectivités, organisations professionnelles, négoce,...) au sein de la commission d’orientation pour la réduction de la pollution des eaux par les produits phytosanitaires (CORPEP )  .

La lutte contre les fuites de produits phytosanitaires est relativement complexe de par la grande diversité des molécules utilisées. L’objectif est à la fois de lutter contre les pollutions diffuses , c’est-à-dire s’assurer que les conditions d’application des produits phytosanitaires conduisent à leur absorption par les plantes ou animaux cibles, et non à leur diffusion dans le milieu, et de lutter contre les pollutions ponctuelles . Dans ce dernier cas, il s’agit principalement d’éviter les mauvaises pratiques en matière de remplissage et de rinçage des pulvérisateurs ou lors de la manipulation des produits phytosanitaires. En effet, tout déversement intempestif et ponctuel peut conduire à une pollution des eaux sur un large périmètre.

Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, le plan Ecophyto 2018 vise à réduire de 50 % l’utilisation des produits phytosanitaires à l’horizon 2018 , dans la mesure du possible. Il s’inscrit dans la dynamique globale de l’agriculture durable et vise un changement global des référentiels et des pratiques en matière de protection des végétaux. Il s’adresse également à l’ensemble des zones non agricoles, comme les zones d’espaces verts, les voies de circulations, les jardins de particuliers, etc ...

Le plan national comprend 8 axes de travail qui se déclinent en 105 actions .

Au niveau régional, sous l’autorité du Préfet appuyé par la DRAAF Bretagne, la déclinaison du plan Ecophyto 2018 mobilise l’ensemble des partenaires régionaux et concerne tous les publics, professionnels et amateurs.

Le Contrat de Projet Etat Région (CPER  ), au sein du Grand Projet 5 (GP5 ) visant à la reconquête de la qualité de l’eau relaye également des mesures visant à la lutte contre les pollutions par les produits phytosanitaires. 

Pour plus d’information, www.draaf.bretagne.agriculture.gouv.fr/corpep