Actualités

Création d'un observatoire de l’agribashing en Ille-et-Vilaine

 
 
Création d'un observatoire de l’agribashing en Ille-et-Vilaine

Pour lutter contre les actes de malveillance envers le monde agricole qui se multiplient et soutenir les agriculteurs face à la stigmatisation dont ils font l’objet, le département d’Ille-et-Vilaine se dote d’un observatoire de l’agribashing.

En Ille-et-Vilaine, comme partout en France, la stigmatisation des activités agricoles, d’élevage et de vente de produits issus de ce secteur, communément appelée “agribashing”, conduit à une multiplication des actes d’incivilité, d’intimidation voire de violences envers les professionnels en lien avec l’agriculture.

Face à cette menace émergente et diffuse, la préfète d’Ille-et-Vilaine, Michèle Kirry, a installé un observatoire départemental de l’agribashing. Son objectif est de mieux connaître ce phénomène qui tend à s’amplifier, pour développer des actions adaptées et concertées.

Placé sous l’autorité de la préfète d’Ille-et-Vilaine, l’observatoire départemental de l’agribashing réunit la chambre départementale d’agriculture, les syndicats agricoles représentatifs (FDSEA, Jeunes agriculteurs, Confédération paysanne, Coordination rurale), les représentants du secteur agroalimentaire (ABEA, UGPVB) et les services de l’État (DDTM, DDCSPP, police et gendarmerie). Cette nouvelle structure permettra, à travers des échanges permanents, de :

          - dresser un état des lieux exhaustif des problématiques de sécurité rencontrées,

          - coordonner des actions de prévention et d’information,

          - élaborer des solutions communes, efficaces et concertées.

L’observatoire s’appuie sur une plateforme de déclaration des actions à caractère malveillant conduites à l’encontre des agriculteurs ou des exploitants d’établissements agro-alimentaires du département (abattoirs…). Cette base de données est collectée de façon anonyme et sécurisée via les organisations partenaires des agriculteurs et les entreprises agroalimentaires.

Les faits qui relèveraient quant à eux du pénal et n’auraient pas été signalés aux forces de l’ordre sont transmis à Déméter , la cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole, créée en octobre 2019 au sein de la direction générale de la gendarmerie nationale. Son rôle est d’analyser les menaces à l’encontre de la filière agricole et de coordonner la réponse globale à l’ensemble des problématiques qui touchent le monde agricole en menant des actions dans les domaines suivants :

       - prévention et accompagnement des professionnels agricoles (sensibilisation et conseils destinés à prévenir les actes d’agribashing),
         - recherche et analyse du renseignement des actes délictueux (cartographier la menace, détecter l’émergence de nouveaux phénomènes),
         - traitement judiciaire des atteintes aux exploitations.

La cellule Déméter englobe la prévention et le suivi des actes crapuleux (délinquance de proximité ou d’opportunité et criminalité organisée) et des actions de nature idéologique.

>> Quelques chiffres

Au niveau national, près de 15 000 faits ont été enregistrés entre le 1er octobre et le 1er novembre 2019 en zone gendarmerie, soit 2 faits par heure.

En Ille-et-Vilaine, le nombre de faits pouvant être qualifiés d’agribashing restent relativement faible. On constate néanmoins une hausse des vols de matériels et d’animaux. En 2019, trois intrusions ont également été constatées. Au cours du 1er semestre 2020, deux intrusions dans des élevages de volailles et trois incendies volontaires dans des exploitations agricoles ont été recensés.

---

Les observatoires de l'agribashing sont une initiative du ministère de l'Agriculture et de l'alimentation en lien avec le ministère de l'Intérieur, dans le cadre d'une stratégie gouvernementale .