2022

Le département d’Ille-et-Vilaine placé en état de vigilance sécheresse le 28 avril 2022

 
 
Sécheresse | Le département d’Ille-et-Vilaine placé en état de vigilance sécheresse

En raison d’un déficit pluviométrique au cours des 6 derniers mois, l’ensemble du département de l’Ille-et-Vilaine est placé en état de vigilance sécheresse depuis le 28 avril 2022. Chacun est appelé à la vigilance dans sa consommation en eau quelle que soit son origine.

En Ille-et-Vilaine, la saison hivernale 2020-2021 a été plutôt sèche, avec une pluviométrie déficitaire. Malgré un mois d’octobre caractérisé par des cumuls de précipitations importants, les mois suivants ont en effet été majoritairement marqués par un déficit pluviométrique jusqu’en avril.

La recharge des nappes est ainsi arrivée tardivement et a été de courte durée : des niveaux stables ont été observés en février et en mars.

Sur le plan hydrologique,

> Les niveaux des cours du département au droit des stations du réseau de suivi hydrométrique sont, fin avril, proches des valeurs basses, pour deux d’entre eux : le Meu et le Couesnon, qui ont franchi le seuil de vigilance, respectivement à la station hydrométrique de Montfort-sur-Meu et à celle de Romazy.

> À l’entrée de la saison d’étiage, début avril, le niveau des ressources en eau potable était satisfaisant. Pour autant, l’évolution de cette situation reste dépendante des précipitations à venir et de la consommation en eau dans le département.

> Enfin, les prévisions météorologiques des prochains jours ne permettent pas d’entrevoir une amélioration pérenne de la situation hydrique (cours d’eau et nappe) dans le département.

Dès lors, en application de l’arrêté cadre « sécheresse » d’Ille-et-Vilaine, signé le 11 juin 2021[1] et au regard du niveau des piézomètres du réseau du BRGM et du débit des cours d’eau, l’ensemble du département d’Ille-et-Vilaine est placé en état de vigilance sécheresse.

► Chacun, particulier, industriels, collectivités, exploitants agricoles, est appelé à réduire de manière volontaire sa consommation en eau, quelle que soit son origine.

Niveau des piézomètres, non influencés par des prélèvements, à fin mars 2022. Extrait du bulletin régional du BRGM, mars 2022.

Conseils pour économiser de l'eau

Particuliers

Lutter contre les fuites

> surveiller sa consommation et entretenir sa robinetterie (changer régulièrement les joints, acheter du matériel robuste)
> pour les immeubles d’habitation collective, faire appel à des sociétés spécialisées qui proposent des contrats d’entretien de la robinetterie ou des contrats de gérance d’eau

► Les fuites représentent 20% de la consommation d'un foyer

Éviter le gaspillage

> ne pas faire tourner les lave-linge ou les lave-vaisselle à moitié vides, ne pas laisser couler l’eau en permanence pendant la toilette (en fermant le robinet pendant que l’on se lave les dents, on peut sauver plusieurs litres d’eau)
> préférer les douches aux bains : un bain consomme cinq fois plus d’eau qu’une douche
> éviter le lavage des voitures à grandes eaux, un lavage représente 200 litres d’eau environ
> préférer les lavages à haute pression, plus efficaces et moins consommateurs d’eau

Réutiliser l'eau

> l’eau de lavage des légumes peut utilement avoir un deuxième usage pour l’arrosage des plantes
> en période de sécheresse, éviter de remplir les bassins pour enfants et les piscines non pourvues d’une recirculation de l’eau. Chaque fois que possible, utiliser l’eau de ces bassins pour l’arrosage des plantes

Dans le jardin

> un binage équivaut à deux arrosages
> le paillage protège du froid, mais aussi des fortes chaleurs et conserve mieux l’humidité du sol
> arroser tard le soir car l’évaporation sera réduite
> utiliser des techniques économes comme le goutte-à-goutte, des tuyaux suintants ou des systèmes d’arrosage programmés
> recueillir l’eau de pluie au bas des gouttières
> tenir compte de la pluie prévue ou tombée les jours précédents
> faire 2 ou 3 arrosages copieux par semaine non de petits arrosages quotidiens

Collectivités

> Réduire les fuites dans les réseaux de distribution d’eau potable
> Avoir connaissance détaillée des volumes d'eau consommés
> Optimiser l’arrosage des espaces verts et du nettoyage des voiries

Industriels

> Recycler certaines eaux de nettoyage
> Mettre en place des circuits fermés

Agriculteurs

> Mettre en place des tours d’eau pour l’irrigation
> Utiliser un matériel d’irrigation hydro-économe
> Opter pour des cultures qui exigent moins d'eau

Des restrictions pour économiser l'eau

Pour faire face aux périodes d'insuffisance de la ressource en eau, les préfets peuvent prendre des mesures exceptionnelles, graduelles et temporaires de limitation ou de suspension des usages de l’eau non prioritaires pour les particuliers et les professionnels. Elles varient selon quatre niveaux de gravité :

> vigilance
> alerte
> alerte renforcée
> crise

Les arrêtés "sécheresse" doivent assurer l’exercice des usages prioritaires, plus particulièrement pour la santé, la sécurité civile, l’approvisionnement en eau potable et la préservation des écosystèmes aquatiques. Ils doivent également respecter l’égalité entre usagers des différents départements et la nécessaire solidarité amont-aval des bassins versants.

Lorsqu’un arrêté de restriction est général et collectif, il doit être affiché dans chaque mairie impactée et faire l’objet d’une publication dans les journaux régionaux ou locaux.

Les mesures de limitation des prélèvements sont progressives et adaptées aux différents usagers :

> Usages domestiques : sensibilisation, puis limitation de plus en plus forte des prélèvements pour l’arrosage des pelouses, des espaces verts, le lavage des voitures, le remplissage des piscines jusqu’à l’interdiction totale de ce type d’utilisation (hors usage eau potable)
> Agriculture (80% des prélèvements entre juin et août) : interdiction d’irriguer 1 jour par semaine, plusieurs jours par semaine ou à certaines heures jusqu’à l’interdiction totale de l’irrigation
> Industrie : mesures spécifiques sur les unités les plus consommatrices pour imposer une réduction progressive d’activité, le recyclage de certaines eaux de nettoyage, la modification de certains modes opératoires

Cartographie des territoires publiée en mai 2022

Source : Ministère de la transition écologique, cohésion des territoires et de la Mer

Que faire en cas de sécheresse ?

► Respectez l’arrêté préfectoral de restriction de l’usage de l'eau en vigueur dans votre département.
 

Pour suivre l’évolution de la situation

Pour faciliter l’accès à chacun des informations, l’État met à disposition un outil permettant de connaître en temps réel les mesures de restriction applicables par commune et en fonction de la ressource utilisée et des usages.

► Consultez la plateforme Connaître les restrictions de l'usage de l'eau dans votre commune en Ille-et-Vilaine

Ce site vient en complément du site national PROPLUVIA recensant les arrêtés « sécheresse » en cours.

► Consultez le site PROPLUVIA


Pour aller plus loin

► Les documents utiles

> L'arrêté du 28 avril 2022 portant sur la limitation ou l'interdiction provisoire des prélèvements et des usages de l'eau dans le département d'Ille-et-Vilaine

[1] Cet arrêté cadre définit les secteurs sur lesquels peuvent s’appliquer des mesures de vigilance, de restriction ou d’interdiction temporaire des usages de l’eau en fonction de l’état des nappes, des cours d’eau et des ressources en lien avec l’alimentation en eau potable et le fonctionnement des milieux aquatiques. Il précise pour chaque secteur des seuils de gestion qui déterminent le déclenchement des situations de vigilance, d’alerte, d’alerte renforcée ou de crise.

> Le communiqué de presse du 3 mai 2022 | Le département d’Ille-et-Vilaine placé en état de vigilance sécheresse

> Le memento du 17 mai 2021 | La gestion de la sécheresse en France 

► Les liens utiles

> L'article Comment gérer l'eau en période de sécheresse sur le site du Gouvernement
> L'article La feuille de route du Gouvernement pour faire face aux risques de sécheresse sur le site du Gouvernement
> L'article Origine et gestion de la sécheresse sur le site du Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Ministère de la Transition énergétique