Influenza aviaire | Levée de certaines mesures de restriction en Ille-et-Vilaine

 
 

Publié le 11 mai 2022

La totalité du territoire métropolitain était placé en niveau de risque « élevé » d'introduction du virus de l'IAHP depuis le 5 novembre 2021. L’évolution favorable de la situation liée à l’épizootie d’influenza aviaire a conduit le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, le 10 mai 2022, à abaisser le niveau de risque à « modéré » tout le territoire métropolitain à l’exception de 19 départements dont l’Ille-et-Vilaine.

En Ille-et-Vilaine, après la levée de la zone réglementée autour du foyer d'Essé le 25 avril 2022, la deuxième zone réglementée mise en place autour du foyer de Guipry-Messac, qui concernait 24 communes, a été levée le 4 mai 2022. Il n’y a donc plus de restrictions particulières aux mouvements de volailles et d’autres oiseaux captifs, et il est désormais possible de remettre progressivement en élevage des poussins. L’introduction de canetons provenant de zones réglementées reste en revanche encore interdite.

Nombre de foyers et de cas confirmés

La situation sanitaire s’améliore, toutefois, elle marquée par une persistance de cas dans la faune sauvage et par une contamination forte de l’environnement par le virus dans certaines zones, en particulier dans l’Ouest du pays.

Au 6 mai 2022, la France recensait 1 374 foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) en élevage, 47 cas en faune sauvage et 30 cas en basse-cours. À noter que 16 millions de volailles ont été abattues, dont près de 11 millions dans le Grand Ouest (Pays-de-Loire, Bretagne).

► Le niveau de risque d’influenza aviaire est donc maintenu « élevé » dans les départements plus particulièrement concernés lors de l’épizootie 2021-2022 par des foyers de IAHP en élevage. 19 départements sont concernés dont l'Ille-et-Vilaine*

Les nouveaux niveaux de risque en matière d’IAHP en France métropolitaine à compter du 10 mai 2022

Ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation (Cliquez sur l'image)

Une extrême vigilance attendue de tous

Ce maintien du niveau de risque élevé implique de continuer à respecter strictement les mesures de biosécurité, notamment la mise à l’abri des volailles, pour les professionnels de la filière volaille, comme pour les particuliers détenteurs d’oiseaux.

Des dérogations à ces conditions de mise à l’abri peuvent éventuellement être accordées, uniquement aux professionnels, pour tenir compte des potentielles atteintes au bien-être animal secondaire liées à cette mise à l’abri prolongée et à l’augmentation des températures extérieures, si la situation épidémiologique est en voie de stabilisation. Ainsi, l’accès à un parcours extérieur réduit  est possible pour toutes les volailles dans certaines conditions, après une analyse de risque au cas par cas réalisée par les services de l’État.

La surveillance de la mortalité de l’avifaune sauvage est également une priorité. La découverte d’oiseaux sauvages morts doit faire l’objet d’une déclaration auprès du réseau de surveillance SAGIR au 02 99 41 15 99.

► Pour rappel, la consommation de viande, foie gras et œufs – et plus généralement de tout produit alimentaire à base de volaille – ne présente aucun risque pour l’homme.

* Hautes-Pyrénées (65), Pyrénées Atlantiques (64), Gers (32), Landes (40), Lot-et-Garonne (47), Lot (46), Dordogne (24), Cantal (15), Corrèze (19), Haute-Vienne (87), Vienne (86), Deux-Sèvres (79), Vendée (85), Loire-Atlantique (44), Maine-et-Loire (49), Sarthe (72), Mayenne (53), Ille-et-Vilaine (35), Morbihan (56).


Pour aller plus loin

► Les communiqués de presse

> Le communiqué du 11 mai 2022 | Levée de certaines mesures de restriction en Ille-et-Vilaine mais la vigilance reste de mise
> Le communiqué du 10 mai 2022 | La situation sanitaire s’améliore et permet d’abaisser le niveau de risque sur une grande partie du territoire ; l’expérimentation sur la vaccination démarre en France le 10 mai

► Les liens utiles

> L'article Influenza aviaire : la situation en France sur le site du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation
> L'article Influenza aviaire : la situation sanitaire s’améliore et permet d’abaisser le niveau de risque sur une grande partie du territoire ; l’expérimentation sur la vaccination démarre en France le 10 mai sur le site du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation